Pour conseillers

Ce site est destiné aux centres de conseil, aux autorités et aux différents acteurs qui soutiennent les personnes intéressées par un retour lors du processus de planification de ce dernier.

Dans le cadre du programme Perspektive Heimat (« Perspective de retour au pays ») du ministère fédéral de la Coopération économique et du Développement (BMZ), la Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit (GIZ) propose différentes possibilités de soutien.


Conseillers en réintégration

Les conseillers en réintégration secondent le travail des centres de conseil. Ils apportent des compétences spécialisées et une expertise de conseil. Ils font le lien entre le conseil au retour en Allemagne et les offres de réintégration de la GIZ et des acteurs locaux dans les pays d’origine.

En 2018, 15 conseillers en réintégration doivent prendre leurs fonctions en Allemagne. Conjointement avec des organismes publics et sociaux, la GIZ a discuté du détachement d’un conseiller en réintégration dans chaque Land. Les premiers conseillers en réintégration travaillent au sein d’organismes opérant dans l’ensemble du pays ou exerçant une fonction de coordination et/ou une fonction consultative auprès des centres de conseil en vue du retour.


INTERLOCUTEUR COMPÉTENT POUR L'ÉTAT FÉDÉRÉ (BUNDESLAND) DE BADE-WURTEMBERG

Annika Eberhardt

Annika Eberhardt
Arbeitsgemeinschaft für die eine Welt (AGDW e.V.) (Flüchtlingsberatung u. Migrationsdienste)
Eberhardstr. 1
70173 Stuttgart
annika.eberhardt@giz.de
T + 49 711 216 570 79

Dr. Sarah Hirsch

Dr. Sarah Hirsch
Caritasverband Mannheim e.V.
B5, 19 a
69185 Mannheim
sarah.hirsch@giz.de
T +49 621 12602 65
M +49 171 83 16 722

INTERLOCUTRICE COMPÉTENTE POUR L'ÉTAT FÉDÉRÉ (BUNDESLAND) DE BASSE-SAXE

Farida Mellaoui-Murzeau

Farida Mellaoui-Murzeau
Landesaufnahmebehörde (LAB) Niedersachsen
Site de Brunswick
Boeselagerstraße 4
38108 Brunswick
farida.mellaoui-murzeau@giz.de
+ 49 531 35 47 34 7

Sarah Reinhard

Sarah Reinhard
Landesaufnahmebehörde Niedersachsen
Standort Osnabrück
Sedanstraße 115
49090 Osnabrück
Sarah.reinhard@giz.de
T + 49 (0) 541 66888 163
M + 49 (0) 152 90041 100

INTERLOCUTEUR COMPÉTENT POUR L'ÉTAT FÉDÉRÉ (BUNDESLAND) DE BAVIÈRE

Nina Hoferichter

Nina Hoferichter
Landeshauptstadt München
Sozialreferat - Amt für Wohnen und Migration
Rückkehrhilfen - Coming Home
Werinherstraße 89
81541 München
nina.hoferichter@giz.de
+ 49 (0)160 911 11 360
+ 49 89 23348569

Stefan Grünbaum

Stefan Grünbaum
Zentrale Rückkehrberatung Nordbayern (ZRB)
Marienstraße 23
90402 Nürnberg
stefan.gruenbaum@giz.de
+49 (0)160-5907383

INTERLOCUTEUR COMPÉTENT POUR LES ÉTATS FÉDÉRÉS (BUNDESLÄNDER) DE : BERLIN, BRANDEBOURG

Olivia Hannemann

Olivia Hannemann
Landesamt für Flüchtlingsangelegenheiten Berlin
Bundesallee 171
10715 Berlin
olivia.hannemann@giz.de
T + 49 (0) 30 90 229 3849
M + 49 (0) 151 5206 1358

INTERLOCUTEUR COMPÉTENT POUR L'ÉTAT FÉDÉRÉ (BUNDESLAND) DE BRÊME

Talis Zvidrins

Talis Zvidrins
AWO Soziale Dienste gGmbH Bremen
Auf den Häfen 30 - 32
28203 Brême
talis.zvidrins@giz.de
+ 49 171 84 53 88 6

INTERLOCUTRICE COMPÉTENTE POUR LES ÉTATS FÉDÉRÉS (BUNDESLÄNDER) DE : HAMBOURG, SCHLESWIG-HOLSTEIN, MECKLEMBOURG-POMÉRANIE-OCCIDENTALE

Argjira Bujupi

Argjira Bujupi
Flüchtlingszentrum Hamburg
Zentrale Information und Beratung für Flüchtlinge gGmbH
Adenauerallee 10
20097 Hambourg
argjira.bujupi@giz.de
+ 49 151 53 58 89 74

INTERLOCUTEUR COMPÉTENT POUR L'ÉTAT FÉDÉRÉ (BUNDESLAND) DE HESSE

Haroun Fiazi

Haroun Fiazi
FRAP Agentur
Gemeinnützige Gesellschaft für das Frankfurter Arbeitsmarktprogramm mbH
Mainzer Landstr. 405
60326 Francfort sur le Main
haroun.fiazi@giz.de
+ 49 151 11 25 04 99

Interlocutrice compétente pour l'État fédéré (Bundesland) de Rhénanie-du-Nord-Westphalie

Lirie Kuci-Balaj

Lirie Kuci-Balaj
Caritasverband Düsseldorf e.V.
Leopoldstraße 30
40211 Düsseldorf
lirie.kuci-balaj@giz.de
+ 49 175 16 61 79 1

Gianna Carolina Sgroi

Gianna Carolina Sgroi
Caritasverband Wuppertal/Solingen e.V.
Internationales Begegnungszentrum
Hünefeldstr. 54a
42285 Wuppertal
gianna.sgroi@giz.de
T + 49 (0) 202 28052 28
M + 49 (0) 151 73033474

INTERLOCUTRICE COMPÉTENTE POUR LES ÉTATS FÉDÉRÉS (BUNDESLÄNDER) DE : SAARLAND, RHEINLAND-PFALZ

Gianna Carolina Sgroi

Gianna Carolina Sgroi Landesverwaltungsamt Saarland Zentrale Ausländerbehörde
Ostpreussenstraße 23
66822 Lebach
gianna.sgroi@giz.de
+49 681 501 7707

INTERLOCUTEUR COMPÉTENT POUR LES ÉTATS FÉDÉRÉS (BUNDESLÄNDER) DE : SAXE-ANHALT, THURINGE

Lian-Philipp Haddad

Lian-Philipp Haddad
Raphaelswerk e.V.
Adenauerallee 41
20097 Hambourg
lian-philipp.haddad@giz.de
+ 49 40 180 47 24 59
+ 49 151 72 42 62 58

INTERLOCUTEUR COMPÉTENT POUR L'ÉTAT FÉDÉRÉ (BUNDESLAND) DE SAXE

Nikolaus von Wolff

Nikolaus von Wolff
Deutsches Rotes Kreuz
Kreisverband Chemnitzer Umland e.V.
Zwickauer Straße 432
09117 Chemnitz
nikolaus.vonwolff@giz.de
+ 49 151 17 64 58 01
+ 49 371 842080

Joel Zombou

Joel Zombou
Caritasverband Dortmund e. V.
Osterlandwehr 12 - 14
44145 Dortmund
Joel.zombou@giz.de
T +49 (0231)861080-0
M +49 (0160)90236128

Omar Khaled Sahrai

Omar Khaled Sahrai
Reintegrations-Scout der GIZ
Zentrale Ausländerbehörde | 150.46
Am Stadtholz 26
33609 Bielefeld
omar.sahrai@giz.de
M + 49 175 5242510

ACTIONS PRÉPARATOIRES À LA RÉINTÉGRATION

Les actions suivantes sont conçues de sorte à ce qu’il soit possible d’y avoir accès avec différents niveaux de qualification, ce qui implique que des personnes peu qualifiées tout comme du personnel qualifié en possession de connaissances académiques ou non-académiques antérieures puissent y prendre part.

En outre, nos formations continues sont organisées de manière modulaire, de sorte que des personnes disposant d’un statut de séjour de courte durée ne soient pas exclues de telles mesures, mais puissent faire des modules distincts.

Les partenaires impliqués dans ces actions préparatoires se distinguent par leur grande diversité et ils sont répartis sur des sites dans toute l’Allemagne.

BILDUNGSZENTRUM DES HANDWERKS DUISBURG

Le Centre de formation pour l’artisanat de Duisbourg focalise son activité sur le Maghreb et, dans le cadre des actions ici décrites, sur l’énergie renouvelable, le tourisme et les sous-traitants de l’économie allemande (notamment dans l’industrie métallurgique et automobile). Les qualifications professionnelles sont au premier plan, l’objectif étant de nouer des coopérations avec des entreprises allemandes (par exemple dans le secteur du tourisme avec Schauinsland-Reisen, la quatrième agence de voyages allemande). Ce projet est prévu pour une durée de 12 mois.

Ina Benning
Bildungszentrum Handwerk
der Kreishandwerkerschaft Duisburg
Konrad-Adenauer-Ring 3 - 5
47167 Duisburg
+ 49 203 99 53 43 6

BILDUNGSZENTRUM GROßBREITENBACH gGmbH

Le Centre de formation de Großbreitenbach axe quant à lui son action sur les réfugiés des pays arabes et afghans, ceux-ci devant être mis en relation par le centre avec des entreprises allemandes entretenant des relations commerciales avec les pays d’origine des réfugiés. L’objectif est de préparer les revenants à exercer une activité dans leur pays d’origine. Durant la phase pilote, 200 revenants de Thuringe sont accompagnés dans leur pays d’origine pour la durée du projet, à savoir 12 mois. Le CV des personnes retournées dans leur pays est enregistré dans une base de données. Les partenaires impliqués dans ce projet de coopération sont des organisations économiques thuringeoises, qui retransmettent les CV aux entreprises en Allemagne et dans le pays d’origine.

Michael Düker
Bildungswerk Großbreitenbach gGmbH
"Gemeinsam Brücken bauen"
Kauffbergstraße 11
Arnstadt/Thüringen
michael.dueker@bwg-ev.de
+ 49 176 64 67 24 64
+ 49 362 86 61 11 26

DEUTSCHER VOLKSHOCHSCHULVERBAND e.V.

La Confédération allemande pour l’éducation des adultes (DVV) est à même de proposer des actions d’insertion dans les pays d’origine dans lesquels existe une structure partenaire des universités populaires de la DVV, afin que lesdites actions puissent être organisées pour partie en Allemagne et pour partie dans le pays d’origine. Dans une première phase de développement et d’essai d’un an, les modules de formation continue existants sont d’abord adaptés et mis en place sur un nombre limité de sites en Allemagne, en Afghanistan, au Maroc et au Kosovo. L’éventail des actions en question couvre aussi bien les compétences de la vie quotidienne que des offres professionnelles en lien à des métiers. Lors des formations sont dispensés aussi bien des qualifications en informatique, des conseils en vue de la création d’entreprises ou des cours de langue de spécialité. DVV International prévoit par exemple la mise en place de mesures de réintégration en Afghanistan, au Maroc et en Tunisie.

Sascha Rex
Projektleiter „Weiterbildung für Rückkehrer/innen“
Deutscher Volkshochschul-Verband e.V.
Obere Wilhelmstraße 32
53225 Bonn
rex@dvv-vhs.de
+ 49 22 89 75 69 80

FRANKFURTER VEREIN FÜR SOZIALE HEIMSTÄTTEN e.V.

L’Agence de recrutement de Francfort (Frankfurter Arbeitsmarktagentur) et la Fédération de Francfort pour l’habitat social (Frankfurter Verein für soziale Heimstätten), association de droit allemand enregistrée, ont mis au point un système modulaire de différentes qualifications professionnelles pouvant également être certifiées séparément (alors qu’elles représentent des parties d’une action de qualification d’une certaine durée permettant de devenir ouvrier polyvalent). Il serait envisageable d’organiser une action de qualification d’ « assistant pour l’entretien d’installations électriques domestiques ». Il existe aussi la possibilité d’obtenir la qualification d’aide-soignant.

Steffen Pohl
Frankfurter Verein für soziale Heimstätten
Reha Werkstatt Oberrad
Buchrainstraße 18
60599 Frankfurt am Main
steffen.pohl@frankfurter-verein.de
069 96 52 20 54

INGENIEURKAMMER BADEN-WÜRTTEMBERG

La Chambre des ingénieurs du Bade-Wurtemberg est le service central chargé de la reconnaissance des qualifications professionnelles des ingénieurs en Allemagne. Avec la CESAO de l’ONU et le soutien de l’Agence allemande de coopération internationale (GIZ), elle met en place un projet dénommé « Capacity Development for Damage Assessment and Urban Reconstruction in Syria » sur les sites de Beyrouth (Liban) et de Gaziantep (Turquie). La Chambre des ingénieurs organise des formations pour les ingénieurs syriens vivant en Syrie. D’autres formations du même type seraient également réalisables en Allemagne avec les ingénieurs (en construction) vivant dans ce pays et devant être préparés à reprendre une activité dans leur pays d’origine.

Gerhard Freier
Ingenieurkammer Baden-Württemberg
Körperschaft des öffentlichen Rechts
Technikreferat
Zellerstraße 26
70180 Stuttgart
freier@ingbw.de
+ 49 711 64 97 14 2

SPARKASSENSTIFTUNG FÜR INTERNATIONALE KOOPERATIONEN e.V.

La Fondation des caisses d’épargne pour la coopération internationale propose un programme en vue de favoriser la création d’entreprises au Ghana, prévoyant dans un premier temps d’organiser le processus de qualification en Allemagne, puis au Ghana. Il est également prévu de promouvoir la création d’entreprises. Ce projet est prévu pour une durée de 12 mois. La Fondation des caisses d’épargne coopère avec des associations de microfinance ghanéennes, notamment dans le cadre de programmes de formations initiales ou spécifiques. Les cours sont organisés en modules et dispensent des connaissances portant sur le secteur financier ghanéen et permettent d’établir des contacts concernant les produits financiers ghanéens.

Oliver Schuster
Sparkassenstiftung für internationale Kooperation e.V.
Savings Banks Foundation for International Cooperation (SBFIC)
Simrockstr. 4
53113 Bonn
oliver.schuster@sparkassenstiftung.de
+ 49 228 97 03 66 45

SOCIAL IMPACT gGmbH IN POTSDAM

La SARL allemande d’utilité publique Social Impact à Potsdam fixe comme priorité dans son projet le renforcement des compétences entrepreneuriales ainsi que l’accompagnement socio-pédagogique. Dans les 7 régions métropolitaines allemandes, l’objectif est que les participants, originaires principalement de Syrie, du Maroc, de Tunisie et d’Albanie, soient préparés à exercer une activité indépendante dans leur pays d’origine. Pour accompagner l’ensemble de ce processus, un moyen de communication faisant usage des technologies d’information et de communication doit être mis en place entre les pays. Les cours sont organisés sous forme de module, soit en groupe, soit en individuel.

Jörg Fürstenberger
Projektleiter
Social Impact gGmbH
Heilbronner Str. 20
10779 Berlin
j.fuerstenberger@socialimpact.eu
+ 49 17 61 61 13 49 7

KIRON HIGHER OPEN EDUCATION gGmbH

La SARL allemande d’utilité publique Kiron Higher Open Education sise à Berlin a mis au point un programme de formation reposant sur un apprentissage mixte prévoyant l’utilisation de l’e-learning de Kiron pour les contenus de type académique. Ce programme est composé de différents cours individuels en ligne (formations en ligne ouvertes à tous – FLOTs), qui transmettent des savoirs dans le cadre d’un cursus déterminé, par exemple gestion des entreprises ou informatique. Les participants peuvent obtenir des certificats ou des relevés de notes en guise de justificatifs. Ce programme s’adresse à des réfugiés ayant une formation universitaire.

Lisa Beier
Project Manager
Kiron Open Higher Education gGmbH
Am Festungsgraben 1
10117 Berlin
+ 49 176 32282260

Offres de formation continue

La « Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit (GIZ) » (L’Agence allemande de la coopération internationale) et « Micado Migration » ont conclu une coopération dans le domaine de la formation continue, dont l’objectif est de mieux faire circuler l’information relative au conseil au retour et à la réintégration, de créer des synergies et de mettre en commun des ressources.

En 2018, Micado Migration met en place un programme commun de formation continue. Vous trouverez des informations à ce sujet sur le site d’IntegPlan.

La priorité est portée sur la présentation des pays d’origine et sur des excursions professionnelles dans ces pays, parties intégrantes du programme « le pays d’origine comme perspective » (Perspektive Heimat), dans l’objectif de donner un aperçu le plus proche possible de la situation sur place et de renforcer les liens entre les centres de conseil pour les migrants et d’autres projets dans chacun de ces pays. En 2018, les pays concernés sont l’Albanie / le Kosovo, la Serbie, la Tunisie et le Ghana ; en 2019, suivront le Maroc, le Sénégal, l’Irak et l’Égypte.

IntegPlan

Exemples de bonnes pratiques

Nous souhaitons vous présenter des exemples d’une intégration réussie dans le pays d’origine. Si vous souhaitez partager une belle histoire de réussite ou un défi particulier avec d’autres centres de conseil, rendez-vous à l’adresse suivante. Nous prendrons contact avec vous.

reintegration@giz.de

Autres offres dans les pays d’origine

Si vous connaissez d’autres offres de réintégration et souhaitez les partager avec nous, vous pouvez nous écrire à l’adresse suivante.

reintegration@giz.de

Offres de l’Office fédéral pour les migrations et les réfugiés (BAMF) et de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM)

Vous trouverez des informations complémentaires sur le site « Returning from Germany » de l’Office fédéral pour les migrations et les réfugiés (BAMF) et de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM). Le BAMF donne également des renseignements par téléphone au sujet du retour.

Site Web „Returning from Germany“
Assistance Téléphonique
Moteur de recherche sur les centres de conseil
Informations concernant les possibilités d’aides au retour
Informations sur les pays
Base de données de l’unité centrale pour la transmission d’informations sur l’aide au retour (ZIRF)

PROJETS DE L'AGENCE ALLEMANDE DE COOPERATION INTERNATIONALE (GIZ) PORTANT SUR LE RETOUR ET LA REINTEGRATION

Afin de donner aux personnes qui retournent dans leur pays d’origine de bonnes chances de pouvoir reprendre pied, la GIZ a développé et étendu les projets existants pour le compte du ministère fédéral allemand de la Coopération économique et du Développement (BMZ). Les rapatriés peuvent bénéficier de ces programmes.

Les actions suivantes sont conçues de sorte à ce qu’il soit possible d’y avoir accès avec différents niveaux de qualification, ce qui implique que des personnes peu qualifiées tout comme du personnel qualifié en possession de connaissances académiques ou non-académiques antérieures puissent y prendre part. En outre, nos formations continues sont organisées de manière modulaire, de sorte que des personnes disposant d’un statut de séjour de courte durée ne soient pas exclues de telles mesures, mais puissent faire des modules distincts. En outre, les formations continues sont organisées de manière modulaire, de sorte que des personnes disposant d’un statut de séjour de courte durée ne soient pas exclues de telles mesures, mais puissent faire des modules distincts.

 

Les partenaires impliqués dans ces actions préparatoires se distinguent par leur grande diversité et ils sont répartis sur des sites dans toute l’Allemagne.

SERBIE

PROMOTION DE L’EMPLOI DE LA JEUNESSE (GIZ YEP)

Le projet « Promotion de l’emploi de la jeunesse » aide les jeunes et les jeunes adultes à prendre pied sur le marché du travail local serbe.
La Serbie connaît malheureusement un chômage massif des jeunes, ce qui hypothèque l’intégration des jeunes rapatriés sur le marché du travail. C’est notamment l’inadéquation entre l’offre et la demande sur le marché du travail local qui représente un véritable défi ; bien souvent, les qualifications des chercheurs d’emploi ne correspondent pas aux besoins réels des entreprises.
Ce projet tente de résorber ce déséquilibre en permettant aux jeunes et aux jeunes adultes de 15 à 35 ans de prendre un meilleur départ dans la vie professionnelle. Pour ce faire, ce projet est axé sur différentes activités aux effets imbriqués : les jeunes obtiennent des informations sur la manière leur permettant de réussir l’organisation de leur carrière et de leur vie professionnelle et se voient accorder la possibilité d’acquérir des qualifications professionnelles répondant aux besoins du marché via différentes formations. Le projet assiste également les jeunes et les jeunes adultes dans la création d’entreprises et l’entreprenariat, y compris dans l’entreprenariat social. Il est pour le moment mis en œuvre sur deux sites et il est également impliqué dans le dialogue national en vue de lutter contre le chômage des jeunes.

KOSOVO

MISE EN PLACE DE SERVICES DURABLES AU NIVEAU LOCAL : GESTION ET RECYCLAGE DES DÉCHETS

Le projet de « Mise en place de services durables au niveau local : gestion et recyclage des déchets » aide les communes kosovares à instaurer une gestion durable des déchets tout en améliorant simultanément la qualité de vie de groupes de population vulnérables et marginalisés au sein de la société et qui travaillent dans la gestion des déchets. Jusqu’à aujourd’hui, l’élimination généralisée des déchets n’a pas encore vu le jour au Kosovo et les procédés de recyclage demeurent encore le plus souvent confinés au secteur informel. Ce secteur emploie traditionnellement des membres de minorités nationales et des groupes de population vulnérables (Roms, Ashkalis, Égyptiens), qui représentent aussi une part importante des rapatriés. Le projet de « Mise en place de services durables au niveau local : gestion et recyclage des déchets » doit établir dans des communes bien précises un système de tri des déchets et constituer les capacités administratives requises au sein des administrations locales. La mise en œuvre et l’encadrement du tri des déchets laissent espérer une augmentation significative de la valeur des matériaux recyclés et, par là même, une hausse des revenus des collecteurs de déchets. Le processus de création de revenus au profit de groupes vulnérables de la population travaillant dans le secteur des déchets se voit ainsi optimisé, ce qui doit permettre aux intéressés d’acquérir une autonomie professionnelle entrant dans un cadre structuré. Ce projet, conduit de concert avec des ONGs locales, telles Green Art Centre (GAC), doit permettre petit à petit au groupe-cible d’exercer une activité professionnelle bien encadrée et, à terme, de pouvoir profiter des avantages d’un enregistrement commercial officiel.

RENFORCEMENT DES CAPASITÉS DANS LE DOMAINE DE L’ENSEIGNEMENT FONDAMENT (CDBE)

Le projet « Renforcement des capacités dans le domaine de l’enseignement fondamental » promeut la mise en place d’un enseignement de qualité au Kosovo. Il contribue à la transparence et à la responsabilisation, à l’amélioration de la qualité de l’enseignement ainsi qu’à une gestion décentralisée de celui-ci. Un domaine d’activité de ce projet prévoit de favoriser l’inclusion scolaire de minorités et des rapatriés. En coopération avec des ONGs locales, ce projet propose des offres d’assistance complémentaires sur 25 sites dans 12 communes du Kosovo, ce qui lui confère une approche globale en termes d’assistance.
En outre, certaines activités extrascolaires ciblées permettent de favoriser une intégration pérenne et réussie des enfants dans le système scolaire traditionnel : il s’agit notamment du soutien et du rattrapage scolaires, des manifestations interculturelles, des académies d’été et du conseil aux parents. Sur certains sites, le projet permet en outre de procurer des informations et de fournir une assistance concernant l’inscription scolaire et la reconnaissance des diplômes. Tous ces sites sont en revanche impliqués dans les campagnes de sensibilisation et d’information relatives à la santé psychosociale et il est aussi toujours possible de recevoir des conseils pour se faire réorienter vers les bons interlocuteurs à l’échelle locale. Dans les écoles qui prennent part au projet, des équipes de psychologues professionnels conseillent en permanence les enseignants sur la manière de s’y prendre avec les enfants présentant des besoins d’assistance psychosociale. En même temps, un intermédiaire local assure le contact entre les parents et l’école, ce qui encourage une intégration durable des enfants au système scolaire.

PROMOTION DE LA COMPÉTITIVITÉ DU SECTEUR PRIVÉ EN MILIEU RURAL (COSiRA)

L’économie kosovare est caractérisée par un chômage massif et la pauvreté touche notamment les régions rurales et les groupes de population défavorisés. L’absence de perspectives générée par cette situation représente pour les jeunes une incitation importante à l’émigration.
C’est pourquoi le projet de « Promotion de la compétitivité du secteur privé en milieu rural » a pour objectif de mettre les institutions publiques et privées chargées du développement économique en situation de faire appliquer des mesures permettant de renforcer la compétitivité du secteur privé. Pour ce faire, le projet prévoit de coopérer avec les ministères, les chambres et groupements professionnels au Kosovo.
Encourager des secteurs à fort potentiel de croissance, tels par exemple les technologies de l’information et de communication, la transformation des produits agricoles ou l’industrie de transformation, doit permettre des créations d’emplois sur le long terme. Le projet prévoit dans ce cadre des mesures de formation professionnelle continue et d’encouragement aux microentreprises et aux PME ainsi qu’à la création de start-ups. Ceci doit multiplier les possibilités de trouver un emploi et de se procurer des revenus, ce qui doit encourager la réintégration économique et sociale des rapatriés et par la même offrir des perspectives d’avenir à la population kosovare dans son propre pays.

JEUNESSE, EMPLOI ET FORMATION (YES)

Le projet « Jeunesse, emploi et formation » au Kosovo poursuit l’objectif d’améliorer l’employabilité des jeunes kosovars. À cette fin, il prévoit de fournir des conseils et d’apporter une assistance au ministère kosovar du Travail et de la Formation dans la conception de son rôle pour favoriser l’emploi. Le projet fonctionne aussi en étroite coopération avec les centres de formation professionnelle, initiale et continue, avec les communes et le secteur privé local. Même si la jeunesse est bien le principal groupe auquel s’adresse ce projet, l’accent est également porté sur l’aide aux minorités et aux rapatriés pour leur permettre de (re)prendre pied sur le marché du travail. L’approche de ce programme repose sur deux piliers fondamentaux de la promotion de l’emploi : il s’agit, d’une part, d’agir résolument sur le marché du travail au niveau local et, d’autre part, de favoriser une amélioration de la qualité de la formation professionnelle, notamment en adaptant mieux les qualifications aux besoins du marché du travail.
Les activités du projet comprennent par exemple l’orientation professionnelle et des conseils dans le domaine professionnel, des formations spécifiques à certains groupes-cibles et rapidement opérationnelles ainsi que des possibilités de formation continue de courte durée, des salons de l’emploi ou la mise en place d’intermédiaires permettant de trouver des stages et des formations pour les entrepreneurs.
Ce projet apporte en outre sa contribution au renforcement des capacités des partenaires institutionnels jouant un rôle central dans le processus de réintégration et d’inclusion des jeunes et des rapatriés sur le marché du travail.

ALBANIE

DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ET RÉGIONAL DURABLE, PROMOTION DE L’EMPLOI ET FORMATION PROFESSIONNELLE

Le projet en vue du « Développement économique et régional durable, de la promotion de l’emploi et de la formation professionnelle » a pour objet de contribuer à la réintégration économique en Albanie de personnes de retour après avoir émigré. Il vise à améliorer la situation de la population albanaise sur le marché de l’emploi et s’adresse principalement aux jeunes adultes de 19 à 34 ans. Pour ce qui est de la formation initiale et de la formation continue, ce projet soutient des organismes de formation publics et privés en vue d’une amélioration quantitative et qualitative de leur offre de formation professionnelle initiale et de formations continues pour adultes. Pour le volet promotion de l’emploi, le projet vise à apporter des conseils – non seulement dans le cadre de projets d’investissement sélectionnés – mais aussi à des microentreprises et des PME albanaises pour le développement de leur modèle d’entreprise. Les créateurs d’entreprises nouvelles reçoivent une assistance par le biais de formations mais peuvent aussi avoir droit à une aide financière. Pour la jeunesse défavorisée, le projet prévoit un dispositif de financement qui promeut la participation sociale et des ONG albanaises peuvent introduire une demande pour bénéficier de ce dispositif. Ce projet focalise son action sur les secteurs suivants : agro-alimentaire, industrie du textile et du cuir, tourisme, technologies de l’information et de la communication et artisanat créatif et innovant.

MAROC

PROMOTION DE L’EMPLOI DES JEUNES EN MILIEU RURAL

Le projet « Promotion de l’emploi des jeunes en milieu rural » a pour ambition d’améliorer la situation en termes d’emploi de jeunes et de jeunes adultes de 15 à 35 ans défavorisés, sans travail ou sous-employés dans les contrées rurales de la région de Fès-Meknès. Ce faisant, il doit aussi contribuer à la réintégration économique des rapatriés de retour dans leur pays. En collaboration avec l’ANAPEC, l’agence marocaine pour l’emploi, et avec des instituts de formation locaux et des entreprises, ce projet favorise l’organisation de cours de courte durée pour les jeunes des régions rurales. Les qualifications obtenues sont adaptées aux besoins du marché local du travail, ce qui facilite l’insertion des jeunes dans la vie professionnelle. Avec l’ANAPEC, le projet prévoit également de contribuer à la création de six centres d’orientation professionnelle de la société civile dans la région. 17 conseillers y ont été formés, qui auront pour tâche de conseiller et de prendre en charge les chercheurs d’emploi et les jeunes entrepreneurs de la région. L’objectif affiché est de lutter contre le chômage des jeunes et d’offrir une perspective aux rapatriés.

SENEGAL

Réussir au Sénégal

Environ la moitié de la population sénégalaise a moins de 18 ans. Bien que le pays soit dans une période de croissance économique, les opportunités professionnelles pour les jeunes n’en demeurent pas moins très limitées. L’objectif du projet « Erfolgreich im Senegal – Réussir au Sénégal » est d’ouvrir des perspectives d’avenir aux jeunes Sénégalais ainsi qu’aux rapatriés et d’optimiser leurs chances de réussir leur vie dans leur pays. Dans sa conception comme dans son application, ce programme encourage de nouveaux modèles d’affaires et propose des qualifications ou des aides aux start-up dans les secteurs de l’énergie, de l’informatique, de l’artisanat et des services. La numérisation et l’utilisation de technologies innovantes permettent de développer des profils professionnels attrayants. Les manifestations culturelles, les concerts ainsi que la publicité donnée à des réussites professionnelles instaurent un dialogue entre les jeunes Sénégalais, les réfugiés et l’ancienne génération. Toutes ces manifestations et mesures renforcent la conviction qu’un avenir meilleur est possible au Sénégal grâce à la réussite économique et à la reconnaissance sociale.

TUNISIE

PROMOTION DE L’AGRICULTURE DURABLE ET DU DÉVELOPPMENT RURAL (PAD II)

L’agriculture est l’un des premiers secteurs pourvoyeur d’emplois en Tunisie et, de ce fait, elle revêt une importance fondamentale pour l’économie et l’emploi du pays. Pourtant, les possibilités de développement économique offertes par l’industrie agroalimentaire et l’économie agricole sont insuffisantes pour la population rurale. Le secteur perd en effet de son attrait de par l’absence de durabilité sur les plans social, économique et écologique pour la transformation et la commercialisation de ses produits. Par ailleurs, les agriculteurs sont souvent sous-qualifiés et ont difficilement accès à des ressources (financières). Ce projet, à travers la promotion ciblée d’une agriculture plus innovante et durable ainsi que par une amélioration de la transformation et de la commercialisation des produits agricoles, vise à augmenter les revenus de la population rurale. Il a ainsi pour but de créer pour la population locale des perspectives d’avenir, notamment dans les régions Nord-ouest et Centre-ouest, et pour les personnes souhaitant retourner et se réintégrer en Tunisie, d’offrir des opportunités.

FONDS RÉGIONAL OUVERT POUR LA FORMATION ET LA PROMOTION DE L’EMPLOI DE JEUES (OFR II)

Le chômage massif qui frappe le Maghreb, et notamment la Tunisie, qui conduit au découragement et à l’absence de perspectives chez les jeunes à tous les niveaux d’éducation, représente un défi majeur pour le développement de la région. L’absence de perspectives pour les jeunes Tunisiens constitue l’une des raisons principales des tensions sociales et des troubles politiques du pays. Ce fonds régional ouvert (ORF) a pour but la mise en œuvre de mesures spécifiques, en coopération avec les acteurs économiques et la société civile, afin d’améliorer la situation de l’emploi en Tunisie à moyen et à long terme. L’approche englobe notamment des services à l’emploi, des formations axées sur la demande et la promotion de l’entrepreneuriat ainsi que le dialogue social sur les conditions de travail, ces mesures devant être mises en place avec la participation des acteurs du secteur privé et de la société civile. Cette approche a ainsi pour but de créer pour la population locale des perspectives d’avenir et, pour les personnes souhaitant retourner et se réintégrer en Tunisie, d’offrir des opportunités.

INNOCATION, EMPLOI ET DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE RÉGIONAL (IDEE)

La révolution tunisienne de janvier 2011 a mis en lumière le besoin de surmonter le clivage économique et social du pays et d’accroître la contribution citoyenne de l’intérieur du pays au développement socio-économique. Le projet se fixe comme objectif de promouvoir une croissance créatrice d’emplois, notamment dans les régions à l’intérieur du pays. Il s’agira également de soutenir le développement économique régional en encourageant les entreprises à renforcer leur compétitivité dans certaines branches créatrices d’emploi. Dans le même temps seront développées en coopération avec les universités de nouvelles offres d’orientation professionnelle pour les étudiants, afin de mieux les préparer aux différentes professions qui s’offrent à eux et de leur faciliter le passage dans le monde du travail. Cette approche a ainsi pour but de créer pour la population locale des perspectives d’avenir et, pour les personnes souhaitant retourner et se réintégrer en Tunisie, d’offrir des opportunités.

REFORCEMENT DU DÉVELOPPEMENT MUNICIPAL ET DE LA DÉMOCRATIE AU MAGHREB (CoMun)

L’initiative régionale « Renforcement du développement municipal et de la démocratie au Maghreb » (CoMun) promeut le partage transnational de connaissances et d’expériences entre l’Algérie, le Maroc et la Tunisie dans des domaines clés tels que le développement local et urbain. L’objectif global est de renforcer le statut des villes en tant qu’actrices et forces de proposition dans les domaines du développement régional et national. Les grandes villes concentrent des problèmes comme la pauvreté, la pénurie de logements, l’urbanisation illégale, les risques environnementaux et d’autres problèmes sociaux. À cette situation s’ajoute le fait que presque la moitié de la population est âgée de moins de 24 ans. Dans le cadre des réformes engagées actuellement, ce sont notamment les municipalités qui subissent la pression due aux attentes multiples des habitants : d’une part, ceux-ci attendent et ont besoin de davantage de transparence, de responsabilisation et d’orientation citoyenne au sein des initiatives locales ; d’autre part, ils souhaitent une amélioration de la qualité des services et davantage de possibilités concrètes de participation citoyenne, en particulier pour les femmes et les jeunes. Ce projet prévoit dans un premier temps le partage transnational des connaissances et des expériences. Dans un deuxième temps, il compte stimuler le développement de centres de jeunesse, plus particulièrement en Tunisie, auprès desquels les jeunes pourront bénéficier de services de conseil, de formation continue, d’opportunités d’engagement politique ainsi que d’activités culturelles et sportives. Ceci a pour but de créer pour la population locale des perspectives d’avenir et, pour les personnes souhaitant retourner et se réintégrer en Tunisie, d’offrir des opportunités.

NIGÉRIA

PROMOTION GÉNÉRALISÉE DE L'EMPLOI ET DE LA CROISSANCE AU NIGÉRIA (SEDIN)

Le projet de « Promotion généralisée de l’emploi et de la croissance au Nigéria » (SEDIN) a pour objectif de favoriser la création emploi et, par là même, d’ouvrir à la population des possibilités de rester dans le pays. Pour ce faire, il encourage une amélioration des conditions générales de l’activité commerciale et sur le marché des investissements pour les microentreprises et les PME ainsi qu’un meilleur accès aux services financiers. L’intégration des couches les plus pauvres de la population dans un processus durable de croissance est également un des objectifs poursuivis.
Le projet prévoit de soutenir les prestataires de microfinancement dans l’extension de leur portefeuille et leur offre des formations en finance pour les clients des banques, ce qui doit permettre aux prestataires de microfinancement de mieux appréhender les questions financières, qu’il s’agisse des leurs ou de celles concernant leur entreprise. Une étroite coopération entre les partenaires du secteur public et du secteur privé au niveau des États fédérés ou au niveau national permet au projet d’optimiser le cadre général dans lequel évoluent les microentreprises et les PME. Ce faisant, la mise en place de mécanismes de dialogue entre le public et le privé devant abolir les cloisonnements existants est grandement encouragée et il en va de même de l’institution de points de contact centralisés, dénommés « One Stop Shops », permettant aux microentreprises et aux PME d’obtenir des conseils de qualité et d’accomplir leurs formalités administratives. Dans l’objectif d’améliorer la situation financière des mircoentreprises et des PME, des cours de gestion (SME Business Training & Coaching Loop) avec coaching intégré sont proposés, afin de faire progresser les aptitudes entrepreneuriales. Le suivi rigoureux des apprenants durant les formations ainsi que les connaissances acquises mettront les détenteurs de microentreprises et de PME en situation d’accroître leur compétitivité et leurs revenus et ainsi de créer de nouveaux emplois. En outre, la mise en place de pôles d’activité d’entreprenariat étudiant (SEA-Hub) donne aux élèves du secondaire la possibilité d’acquérir leurs premières compétences entrepreneuriales dans un environnement maîtrisable, ce qui leur permettra de créer et de bien gérer leur propre microentreprise ou PME après leur scolarité. Afin d’améliorer la situation financière des agriculteurs, ceux-ci sont formés aux nouvelles méthodes de culture et à la relation client-fournisseur par des écoles de commerce agricoles (Farmer Business Schools), qui leur apportent également de l’aide.

PROMOTION DES QUALIFICATIONS PROFESSIONNELLES ADAPTÉES AU MARCHÉ

Le projet de « Promotion des qualifications professionnelles adaptées au marché » a été conçu comme module de coopération technique du programme de coopération développementale « développement économique durable au Nigéria ». Ce projet a pour ambition de consolider le développement économique du Nigéria en améliorant l’employabilité des jeunes Nigérians et ainsi de combattre l’inadéquation entre les emplois et les qualifications disponibles. Il s’agit de promouvoir une formation initiale et continue des jeunes chercheurs d’emploi, des jeunes agriculteurs et de la main d’œuvre employée dans les microentreprises et les PME qui réponde aux besoins de l’économie officielle comme à ceux de l’économie parallèle. Le projet met tout particulièrement l’accent sur les filles et les jeunes femmes, sur les chaînes de valeur ajoutée que représentent les pommes de terre et le manioc ainsi que sur le secteur de la construction. Les objectifs précédemment mentionnés en termes de formation doivent être atteints en améliorant la qualité de la formation interne, en promouvant l’apprentissage dans le milieu de travail des microentreprises et des PME et dans l’agriculture, en garantissant les qualifications personnelles des formateurs ainsi que la qualité des contenus proposés par des organismes de formation sélectionnés et en renforçant le rôle du secteur privé dans le système nigérian de formation professionnelle aux niveaux fédéral et national.

GHANA

PROGRAMME DE DÉVELOPPMENT ÉCONOMIQUE DURABLE, GHANA

Le projet « Développement économique durable » au Ghana répond aux défis posés par l’insuffisance de la protection sociale et par la répartition inégale des perspectives économiques. Il s’articule autour de deux piliers : d’une part, le développement des systèmes de financiers et d’autre part, la formation professionnelle. Le projet a pour objectif de soutenir un développement économique durable au Ghana. L’équipe en charge du projet encourage, en coopération avec des institutions locales, l’amélioration de l’accès à des services financiers. Le but est d’offrir aux personnes de meilleures perspectives d’avenir et d#avantage de protection en leur permettant de réaliser des investissements à l’aide de crédits ou de contracter des assurances pour se protéger d’éventuels risques. L’équipe du projet organise en outre des séances de formation et de coaching à l’intention des personnes retournant dans leur pays mais également pour les locaux qui envisagent de quitter le Ghana pour des raisons économiques. Cette initiative vise ainsi à augmenter les chances du public cible de trouver une activité sur place, que ce soit en tant qu’indépendant ou salarié.

À cette fin, les responsables du projet travaillent au développement des systèmes de financiers en coopération avec la Banque centrale du Ghana et la Commission d’assurance nationale (les deux autorités de régulation et de surveillance du pays), avec des institutions d’assurance et de microfinance et des acteurs en faveur de la formation continue dans le secteur des assurances. En ce qui concerne le pilier de la formation professionnelle, l’initiative coopère avec le COTVET, l’agence nationale pour la formation professionnelle, laquelle exerce son mandat en tant qu’organisme de contrôle et de coordination de la formation professionnelle. Parmi les partenaires clés du projet figurent également plusieurs associations professionnelles du secteur informel et du secteur agricole, ainsi que certains organismes de formation publics ou privés.

EUROPE DU SUD-EST

DROITS SOCIAUX FONDAMENTAUX POUR LES POPULATIONS DÉFAVORISÉES (SoRi)

Le projet régional « Droits sociaux fondamentaux pour les populations défavorisées » soutient les partenaires prenant part à ce projet dans cinq pays des Balkans occidentaux (Albanie, Bosnie-Herzégovine, Kosovo, Macédoine et Serbie), en vue de réagir de manière appropriée aux besoins sociaux spécifiques des groupes vulnérables de population. Il prévoit une étroite coopération avec certains ministères et avec certaines communes et ONGs locales des pays partenaires.
Les domaines d’activité suivants sont spécifiquement axés sur l’intégration économique et sociale de groupes vulnérables de population, dont les rapatriés.
Ce projet prévoit de favoriser la création d’entreprises sociales, incluant de manière ciblée dans leur modèle d’entreprise des groupes vulnérables de population et des rapatriés. Ceci qui permettrait ainsi d’ouvrir au groupe-cible l’accès à des formations et des stages n’exigeant pas de formalités particulières et contribuerait donc à générer des revenus, l’objectif final étant d’offrir une meilleure perspective d’intégration sur le marché du travail.
S’ajoutant aux aspects économiques, les défis sociaux et socioculturels viennent encore entraver la (ré)intégration de ces groupes vulnérables de population et des rapatriés dans les communes de leur pays d’origine. C’est pourquoi ce projet prévoit de former les institutions publiques et celles de la société civile engagées dans le domaine social à mieux adapter leur travail de conseil et de soutien aux besoins résultant de l’expérience de l’émigration et du retour au pays.

SERVICES MUNICIPAUX DE CRÉATION D’OPPORTUNITÉS D’ÉMPLOI POUR LES GROUPES VULNÉRABLES DE POPULATION

Dans les pays d’Europe du Sud-Est, le projet « Fonds régional ouvert pour l’Europe du Sud-Est – modernisation des services municipaux », notamment par le biais de sa sous-mesure « Services communaux de création d’opportunités d’emploi pour les groupes vulnérables », contribue à créer des possibilités d’accès à l’emploi et d’intégrer le monde du travail pour les groupes vulnérables de population. Dans le domaine du développement des capacités, le projet accompagne les communes dans leur démarche de dialogue avec le secteur privé pour leur permettre de connaître de manière plus approfondie la situation actuelle du marché du travail local. Le projet promeut également la mise en place d’un « passeport de compétences » (fondé sur le principe de l’outil allemand ProfilPASS), afin de définir de manière systématique les compétences acquises de manière officielle ou non par des personnes vulnérables et de stimuler leur (ré)intégration au marché du travail local. Dans le domaine des opportunités d’emploi, le projet vise à mettre fin aux cloisonnements limitant l’accès des personnes vulnérables au marché du travail et favorise la création d’emplois par la mise en place d’un cadre juridique et institutionnel plus adapté. À titre d’exemple, il prévoit l’élaboration d’un « programme de bons » pour le travail saisonnier, qui devrait stimuler la création d’emplois dans le secteur agricole ainsi que dans le secteur public local.
Ces mesures à l’échelle municipale précédemment décrites ont pour ambition de créer des perspectives d’emploi et des possibilités de revenus pour les ménages vulnérables.